Tweeter button Facebook button

Harvey, Monique

Monique Harvey est née le 4 octobre 1950 dans un quartier populaire de la rue Notre-Dame à Montréal. Curieusement, sa carrière commence par un simple cours de peinture dans le seul but de se délasser de son travail de photographe. À l'âge de vingt-huit ans, Monique Harvey fini par trouver sa vocation. Par la suite, elle suit des cours de dessin et de peinture, dont certains sont reliés au certificat en arts plastique de l'université de Sherbrooke. Néanmoins, elle considère que sa démarche est en grande partie autodidacte.

En 1983, elle participe à une première exposition de groupe au Vieux Port de Montréal. Toutefois, c'est en avril 1984 qu'elle prend son réel envol lorsqu'elle expose au Festival international des arts tenu au palais des Congrès de Montréal. Toujours en 1984, elle participe à une exposition regroupant sept peintres, au Vieux Presbystère de St-Bruno. Au cours des années, Monique Harvey prend part à plusieurs expositions et événements en groupe ou en solo.

Cette artiste talentueuse et charismatique se distingue rapidement. En 1984, elle remporte le prix des Hommes d'affaires de Montréal lors d'une exposition tenue dans le cadre du Festival des couleurs du Mont-Tremblant. En 1989, le musée Marc-Aurèle Fortin l'invite à une rétrospective de ses œuvres alors que toute sa production ne s'échelonnait que sur une période de quatre ans.

Pour Monique Harvey, la peinture devient «un mode de vie». c'était une artiste qui bouillonnait d'idées qui avait fini par trouver son style bien à elle. Toujours avec des sujets inédits, elle laissait libre cours à son imaginaire et travaillait de façon très impulsive. «Je commence par faire un fond coloré, puis je disperse des taches de couleur un peu partout sur la toile et, soudainement, des formes apparaissent et je les complète, selon l'inspiration du moment. Sans rien corriger, une table peut avoir huit pattes, une chaise trois...c'est mon petit côté irrationnel» Cependant, pour elle, ce qui comptait réellement c'est «de surprendre, de réveiller quelque chose qui fait vibrer. Chaque tableau est un état d'âme. Pour créer, il ne faut pas avoir peur de prendre des risques, de sortir des règles établies, de l'académisme...»

Monique Harvey fut emportée par le cancer en novembre 2001 à l'âge de 51 ans. Elle laisse derrière elle un héritage pictural vibrant, abondant de couleur et de forme, faisant preuve d'une grande sensibilité

 


Oeuvres

Partager