Tweeter button Facebook button

Jérôme, Jean-Paul

Jean-Paul Jérôme est né à Montréal le 19 février 1928, il est le quatrième d'une famille de neuf enfants. De 1943 à 1950, il étudie à l'école des beaux-arts de Montréal où il s'initie aux techniques de l'art de la fresque, sous la direction de Stanley Cosgrove. Afin de payer ses études, il travaille sur un bateau où il s'improvise un atelier dans la proue du navire. Au début des années cinquante, après avoir travaillé à Radio-Canada comme accessoiriste-décorateur, il fait la rencontre de Belzile, Toupin et Jauran (Rodolphe de Repentigny), avec lesquels il forme le groupe des plasticiens. Ils élaborent et précisent les principes de leur art dans le manifeste des plasticiens en février 1955. En fait, ce texte qui tire ses préceptes de Cézanne et de Mondrian, exercera une influence majeure sur tout ce qui se crée depuis en peinture au Québec. Les plasticiens, comme leur nom l'indique, prônent dans leur travail les faits plastiques: "ton, texture, couleurs, formes, lignes, unité finale qu'est le tableau et le rapport entre ces éléments"."En renonçant à presque toute attitude romantique de la peinture comme moyen d'expression conscient, les Plasticiens peuvent retrouver cette naïveté artisanale que caractérise l'absence de tout orgueil généralement associé avec une prise de conscience partielle de soi."Ainsi, le travail des Plasticiens plonge dans un épurement constant des éléments plastiques pour rendre des formes parfaites dans un ordre parfait. Ils ne se préoccupent pas (du moins consciemment), des significations possibles de leurs peintures et, par le fait même, deviennent le reflet de leur propre personne. Ils ne prétendent pas apporter des apparences tout à fait nouvelles, ni immuables; pour eux, le véritable rôle de l'artiste est d'engendrer la soif de la vérité. Afin de perfectionner son art, Jean-Paul Jérôme fait un séjour à Paris de 1956 à 1958. Il y côtoie Giacometti, Vasarelly et René Montensen, avec lesquels il partage une profonde passion pour la maîtrise des formes et des couleurs. Il se lie également d'amitié avec les sculpteurs Gilioli, Hans, Hartung et Martin Barré, dont il fréquente l'atelier, en plus de suivre de façon assidue les travaux de la galerie de France et de la galerie Arnaud, ou il exposera à l'automne de 1957. C'est en 1958 que Jean-Paul Jérôme retourne au Canada. Il est agréé comme professeur d'arts plastiques à l'École des beaux-arts de Montréal, tout en continuant ses recherches personnelles. À partir de 1973, il se consacre entièrement à son œuvre picturale. Il quitte la ville pour la tranquillité de la campagne. En 1977, il rachète la maison familiale de la rue Casgrain à Montréal et y construit son atelier "le Colombier" qui plus tard deviendra "L'antre Lumineux". De tempérament chaleureux, son atelier est ouvert sept jours sur sept, dès sept heures du matin à quatre heures de l'après-midi et tous peuvent rendre visite à l'artiste


Partager