Tweeter button Facebook button

Paquin, Pauline T.

Née en 1952 à Ste-Monique (Québec-Canada), mère de trois (3) enfants et résidente à Sainte-Adèle dans les Laurentides, elle poursuit inlassablement, dans ce site enchanteur, son œuvre amorcée en 1979. Peintre autodidacte, infirmière de formation en milieu scolaire, l’UNIVERS fascinant de l’enfance avec tout ce qu’il implique d’imaginaire, de spontanéité et de naïveté caractérise l’intégralité de son œuvre. Peintre figurative, dotée d’un sens aigu de l’observation, d’un souci indéniable du détail et d’une palette de couleurs explosive, Pauline Paquin poursuit sa mission et projette sur ses toiles ces délicieux moments de l’enfance avec une sensibilité qui lui est propre et sienne, celle-ci étant empreinte et imprégnée de souvenirs personnels, de maternalisme évident, de nostalgie et de réalité, et ce, selon ses humeurs et états d’âme au moment de la création artistique. Chacune de ses œuvres illustre un moment unique, pour ne pas dire magique, de ce petit monde «grouillant» en continuelle effervescence tel un tourbillon sans fin. Ces scènes, quelles soient réelles ou fictives, nous ramènent inconsciemment à notre propre enfance et, l’omission volontaire des traits de figure nous plonge, à notre gré et souvent à notre insu, à celle-ci. Son œuvre se veut accessible à tous, car seulement un minimum d’ouverture d’esprit est requis. Il n’y a pas ou, du moins, très peu d’adultes à l’intérieur de ses créations, car c’est voulu par l’artiste même si on peut imaginer qu’ils ne sont pas très loin et qu’ils surveillent à distance. Les enfants accaparent et s’approprient toute l’avant-scène occupée qu’ils sont à vivre leur moment présent. L’Artiste les situe dans leur habitat naturel, que ce soit à la ville ou à la campagne et toute la composition artistique se veut accessoire et orientée de façon à rendre et illustrer le lieu et le moment de leurs ébats. Toute la place leur appartient et chacune de ses œuvres respire de LIBERTÉ et de JOIE DE VIVRE. Les pleurs, car il y en aura, ce sera pour plus tard. Il n’est donc pas surprenant que son style unique doublé d’une vision artistique personnelle ait fait l’unanimité et aient propulsé à exposer ses œuvres à l’intérieur des plus prestigieuses Galeries d’Art du Canada. Postes Canada a reconnu son talent et immortalisé son œuvre par l’émission, en 1996, d’un timbre de 52 cents (destination U.S.) pour commémorer et souligner les 50 ans de l’UNICEF. Certaines de ses œuvres originales sont produits différents dérivés disponibles sur le marché tels : éditions limitées signées-numérotées, cartes de Noël, cartes de souhaits, casse-tête, etc.). Ses œuvres ont paru à l’intérieur de diverses publications (livres scolaires, revues d’affaires, revues de décoration, émissions de télévision) et se retrouvent accrochées aux murs de collectionneurs avertis, bureaux de professionnels, sièges sociaux de compagnie et, encore plus important, chez ceux et celles qui se souviennent ou veulent se souvenir d’un temps révolu. Sa technique se peaufine et son rayonnement se poursuit et prend de l’expansion. Une multitude de ses œuvres a trouvé preneur auprès de clients et fournisseurs de différents pays et différentes ethnies. Cette réalité montre, hors de tout doute, l’engouement d’une clientèle grandissante ainsi que l’universalité de son ART. En l’An 2000, Pauline Paquin a illustré un conte d’enfants (CARRY ME, MAMA) qui est diffusé mondialement et est présentement en projet d’un deuxième conte cette fois aux États-Unis.


Partager